Types de prises en charge

Avant les détails qui vont suivre, il est à préciser que la dimension de rencontre entre le patient/la patiente et le thérapeute est ici privilégiée. Le thérapeute s'engage à accueillir le/la patient(e) et à explorer son univers intérieur - dont son ressenti corporel - comme sa réalité extérieure, au travers de son discours.

    Les consultations sont destinées :

    • à des situations de crise (burn-out, mobbing, conflit de couple, conflit familial, deuil compliqué, parentalité difficile, grossesse compliquée, problématique liée à la migration forcée ou choisie)
    • à l'abord de problématiques existentielles impliquant des scénarii de vie malheureux à répétition (trouble de l'humeur, trouble de la personnalité)
    • au suivi de pathologies psychiatriques avérées (troubles anxieux, troubles de l'humeur, troubles de la personnalité, psychoses, antécédents de troubles infantiles, dépendance à des substances, troubles du comportement alimentaire)
    • à des situations mixtes

    L'accent est porté sur les entretiens psychothérapeutiques, qui, dans le cas des psychothérapies à proprement parler, sont réalisés à la fréquence d'une à deux fois par semaine. Ils sont d'inspiration psychanalytique ou de type "de soutien".

    Lorsque la fréquence des consultations est moindre (toutes les 2 à 4 semaines, ou encore plus espacée pour des situations stabilisées), ou lorsqu'une dimension médicale, notamment médicamenteuse, se surajoute, il ne s'agit plus de psychothérapie à proprement parler, mais de ce qu'il est commun d'appeler aujourd'hui un "traitement psychiatrique et psychothérapeutique intégré", c'est-à-dire qu'elles comportent un volet psychiatrique et un autre psychothérapeutique.

    La prescription d'une médication psychotrope n'est pas obligatoire dans tous les cas. Celle-ci peut néanmoins être assurée si nécessaire, polymédication complexe y compris.

    Copie d'Averse soudaine à Shono, Utawaga Hiroshige (1797-1852)